La messe est dite.

Publié le par jer_menard

La messe est dite, les bureaux de votes sont fermés, les copies d’examens sont rendues… la dernière compétition de golf comptant pour l’index est terminée. Le classement final de la saison ne bougera plus pendant plusieurs mois. Alors que les index de Sam, Jérôme et Gérald tenaient encore il y a quelques semaines dans un mouchoir de poche : 30.5 pour Sam, 31.7 pour Jérôme et 32 pour Gérald, en 3 compétitions, tout à changé. Rappelez-vous Gérald s’est échappé, entraînant dans son aspiration Jérôme et laissant seul le pauvre Sam au-dessus de la barre des 30. Sam, profitant de la coupe AKOL, a repris la deuxième position. Rien n’était joué car ce WE il y a eu la dernière compet. Ne laissons pas durer plus longtemps le suspens. Le résultat final est le suivant : Gérald conserve la première place avec son index 23 (applaudissement). Il s’est même permis de prendre le risque de ne pas participer aux deux dernière compet. Sûr de lui, c’est un champion. Jérôme (moi-même) malgré ma contre-perf ce WE est 3ème tandis que Sam est avant-dernier avec 26.5. Attendons son billet pour comprendre pourquoi il n’a pas réussi à réaliser 4 malheureux points au dessus 36 pour reprendre la tête du classement ( Avec 35 points stableford, c'était 5 coups qu'il lui manquait).

De mon côté c’est facile à comprendre.  La première explication qui me venait après la compétition, c’était le manque de chance : Au trou 2 après un magnifique bogey, ma balle touche un arbre et de manière complètement irrationnelle tombe dans le bunker, derrière un bosquet d’arbre. Triple bogey. Au trou 5 ma balle touche un arbre revient en arrière et tombe dans la rivière. Je la droppe, elle tombe dans un trou. Croix. Au trou 7, un magnifique drive très long, à la corde de ce dogleg  vient effleurer une branche. Ma balle rentre dans les bois, la suite c’est plus du flipper que du golf… Croix. Au trou 13, je vise la droite, une bourrasque de vent entraine ma balle sur la gauche, dans l’eau. Triple bogey. AU 14, balle pour la régulation. Je suis à 135 m, je prends comme à l’accoutumée mon fer 7… Ma balle tombe derrière le green, hors limite, je retente avec un fer 8, ma balle retombe sur le green mais roule sur 10 m, sort du green... Hors limite, croix. Au trou 16, ma balle est au milieu de rosiers, je tente de la sortir par l’arrière… triple bogey. Je ne commenterais pas plusieurs balles bien tapées immobilisées derrières des arbres… Au final, 28 points. La malchance ! Cependant, je repense à la phrase de Gary Player « Plus je m’entraîne, plus je suis chanceux ». Je ne me suis pas entraîné depuis le mois de Mai. Pas un seau de practice, pas un cours. Un seul parcours par semaine, un seul 18 par mois. J’ai commencé la saison avec un niveau, celui correspondant à mon index d’aujourd’hui je pense. Je n’ai pas eu de malchance, mes balles approximatives ont générées ces situations catastrophiques. Gilles mon coéquipier qui est toujours resté sur les milieux de fairways ne pouvait pas avoir de malchances. Lorsqu’il pouvait atteindre les greens en régulation au risque de mettre sa balle dans les bunkers défendant, dans la rivière du 6, il préférait jouer un coup plus court pour assurer un bogey. La malchance n’existe pas chez les bons joueurs. Chez les bons joueurs, la chance, c’est quand un long fer ou un très long putt tombent dans le trou mais derrière cette chance il y a une bonne vitesse et une très bonne direction. Chez les mauvais joueurs la chance c’est une balle remise sur le fairway par un arbre, un bunker qui rejette une balle en dehors. Tout cela pour dire que mon analyse est la suivante, je termine l’année avec un index correspondant à mon niveau. Ma résolution est la suivante : je vais m’entrainer tout l’hiver pour commencer 2011 avec un niveau qui me permettra d’approcher l’index 20, c’est mon objectif.

Quand à mes compères ! J’aime rappeler quand je parle d’eux et de leurs exploits qu’ils jouent depuis 1 an ½. On me demande à chaque fois, mais combien de fois par semaine ils jouent ? Comme pour les sommes misées au tiercé par mon grand-père toujours fier de ses gains, c’est un mystère. La semaine dernière Sam a été tapé des balles m’a-t-il dit en me parlant de ses nouveaux fers, Sam et Gérald ont jouée vendredi soir… Sam a remis ça dimanche. Faites le caclul par vous-même. Avec mon rythme de papa et mes 5 heures de cours, c'est courageux d’essayer de rivaliser avec des joueurs avec un rythme de pro ayant eu plusieurs dizaines d’heures de formation. Ils m’ont eu sur la dernière ligne droite mais l’année prochaine est une nouvelle saison avec ses rebondissements.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article